Virton-Pierrard / Traitements et retouches photos-LIGHTROOM

Ouverture des pré-inscriptions à partir du jeudi 21 mai 2020

Une séance d’information et d’inscriptions sera organisée le mercredi 02 septembre 2020 entre 17h30 et 19h. 
Pour votre inscription, vous devez vous munir de votre carte d’identité, d’une copie de votre diplôme et de l’argent en espèce (pour le paiement de la formation).

Horaire

  • dès le mercredi 09/09/2020 de 18h30 à 21h30- 30 séances

Professeur

Pascal JOB

Description

Avec le logiciel Lightroom :

Un Jpeg n’est qu’une interprétation des données brutes enregistrées par un appareil photo, une parmi une infinité, celle directement produite par le processeur de votre appareil n’ayant pas plus de valeur que les autres. Dans bien des cas, l’image produite ne reflète pas la scène que vous avez voulu immortaliser, l’ambiance que vous avez perçue ne s’y retrouve pas.

Le RAW est un format « container » qui à l’inverse du JPEG va receler la totalité des informations de l’image, utiles et non utiles.

Ce format est donc beaucoup plus encombrant en poids que le JPEG, mais là où la différence se fera c’est sur les capacités de post traitement. Pour un RAW, pas besoin de définir à la prise de vue, la balance des blancs, vous pourrez la modifier dans votre ordinateur après la prise de vue alors qu’avec un JPEG ce sera à définir impérativement avant la prise de vue.

Vous pourrez, par exemple, récupérer des images sensiblement surexposées ou sous-exposées avec le format RAW.

Vous corrigerez également le bruit dû aux hautes sensibilités ISO quand vous avez photographié dans des conditions de basse lumière.

Autre avantage du format RAW, vous travaillez sur votre image de façon non destructive, si vous voulez une image, vous la développez de votre RAW en JPEG ou TIFF et vous pouvez la bricoler comme vous voulez alors que votre fichier RAW, lui est toujours là, et vous pourrez toujours retourner à votre image d’origine en réinitialisant vos réglages alors que le JPEG une fois enregistré vous ne pourrez pas revenir en arrière.

L’image en format RAW n’est pas exploitable directement sortie de l’appareil, vous devez « développer » votre image au format JPEG ou TIFF dans un logiciel spécifique à la marque de votre appareil, en général, il est fourni avec. Mais cependant, ces logiciels ne permettent pas tout ce qu’un logiciel spécialisé comme Lightroom vous propose.

Lightroom n’est plus seulement destiné aux professionnels de la photographie et aux amateurs avertis mais aussi aux passionnés de photographie.

Lightroom a été conçu pour gérer le processus de production photographique. Ici, il n’est pas question de créer des photomontages et autres compositions comme dans Photoshop. Le but de lightroom est de permettre aux photographes de :

  • importer, classer, trier, annoter et géolocaliser ses photographies ;
  • embellir ses photos par la correction, entre autre, de l’exposition, des couleurs ou le passage en noir et blanc ;
  • dérawtiser ses photos et les exporter au format de son choix (tiff, jpeg, png…) ;
  • créer des diaporamas voir même des vidéos Time Lapse ;
  • préparer des planches pour imprimer ses photos ;
  • créer des livres photos ;
  • créer des pages html pour publier ses images sur le web.

Précisons enfin que Lightroom permet aussi de retravailler les Jpeg mais sans toutefois être aussi performant.

Avec le logiciel Photomatix Pro :

La photographie HDR, pour « High Dynamic Range » (« Grande Gamme Dynamique » en français), est une technique populaire pour produire une photo ayant une gamme dynamique plus large que les capteurs qui équipent les appareils photo, permettant d’avoir au final une image plus détaillée.

Photomatix Pro travaille avec plusieurs photographies d’une même scène prises avec des temps d’exposition différents. Ces images sont souvent appelées photos « bracketées », en référence à la fonction d’expositionauto-bracketing (AEB) disponible sur la plupart des boîtiers photographiques.

Avec le logiciel Photoshop :

Photoshop offre tous les outils possibles et imaginables pour le traitement de l’image. C’est une véritable usine à gaz. De ce fait, il peut paraître complexe d’accès. Dans ce chapitre, nous nous intéresserons principalement aux outils utiles au photographe.

Du recadrage à l’application de filtres, en passant par le détourage d’un objet ou les réglages des couleurs, vous apprendrez, dans cette partie, à combiner plusieurs outils de Photoshop afin de traiter les photos numériques.

La gestion des calques est un des atouts majeurs de Photoshop.  Alliés à des effets de transparence, ils permettent de superposer des photos, à l’image du papier calque traditionnel.

Le focus stacking (en français, empilement de mises au point) est un procédé qui consiste à combiner plusieurs photos dont la mise au point est différente (mais avec une même prise de vue) afin de créer une profondeur de champ plus grande.

Avec les dernières évolutions en la matière, Photoshop montre rapidement toute l’étendue de ses possibilités pour le photomontage avec une souplesse toujours plus grande.

 

Si cette formation vous intéresse, cliquez sur le bouton “se préinscrire” en haut de cette page à droite.